Show Navigation

"J'en ai chié pour vous"

Dans la vie y'a les trucs cools et y'a le reste.

Viande à viol.

C’est ce qu’un homme m’a dit en me croisant dans la rue il y a quelques heures.
Il ne faisait pas nuit, ce n’était pas dans une obscure ruelle qui sent la pisse, bien que ce genre de décor n’excuse rien.
Non, c’était en pleine après midi, sur un grand boulevard peuplé de piétons, entre deux platanes.
Comme ça.
Gratuit.
Gratuitement, il m’a bousculé.
Gratuitement, il s’est mis à rire.
Et gratuitement, il m’a jeté ce “viande à viol” en pleine tronche.

J’ai un tempérament agressif. Je suis hargneuse et je me laisse rarement faire. Au delà des mots que je peux rendre blessants, je sais aussi viser une paire de couilles avec mon genou.
A une époque pas si lointaine, je me bastonnais avec des hommes contre lesquels je n’avais aucune chance juste pour dire “je ne suis pas d’accord, arrête de parler, prend ça dans la gueule et assume”.

Là je n’ai rien pu faire.

Je n’ai rien dit. Je l’ai laissé s’éloigner, mort de rire.

J’ai placé ma main sur mon ventre, crispé. J’ai eu un goût étrange dans la bouche, comme de la bile. Je ne pouvais pas lâcher mon ventre, sensation d’avoir pris un coup.
Il me restait environ 600 mètres à faire pour atteindre le magasin, j’ai mis 20 minutes.
J’ai terminé mon après midi en essayant de faire comme si de rien n’était.
Comme si c’était anodin.
Comme si c’était une autre insulte parmi toutes les autres insultes que l’on entend régulièrement.

Je suis allée boire un verre avec mon ancien patron et une amie. Quand on lui a annoncé que ce genre de réflexions, de comportements odieux pouvaient arriver deux ou trois fois par semaine, il est tombé des nues. Pour lui, c’est impensable. Il ne remet à aucun moment notre parole en doute mais il n’imagine pas.
Parce qu’il n’est pas comme ces gens. Parce qu’il a la notion du bien et du mal. Parce qu’il a assimilé la notion de respect.
Parce que ce n’est pas un connard.
En rentrant chez moi, j’avais toujours mal au ventre. Même après avoir eu mon compagnon au téléphone, je me sentais encore merdique.
J’ai beaucoup pleuré. Je ne pleure pas tellement d’habitude.

C’est grave. Cette phrase a eu un impact psychologique et physique grave.

Je me rends compte que nous nous formons des carapaces contre des insultes devenues quasiment pain quotidien.
Je suis devenue hermétique aux “hey, t’es bonne, tu m’suces ?”, aux “salope, file moi ton tel putain !” et aux “chienne !”. C’est devenu “normal”.
Mais quand un de ces malades trouve une nouvelle formule, la carapace se fendille et les horreurs s’infiltrent.
Ça dégouline, sur nos corps, dans nos têtes. Ça pénètre dans tous les interstices, ça coule le long de notre cerveau, de notre cœur, dans nos ventres, au fond de nos entrailles.
Je ne me suis pas sentie qu’insultée. Je me suis sentie tailladée.

L’impact de ses quelques mots est inimaginable. Il remet en cause énormément de choses. Je me demande où va ce putain de pays. Où va ce monde.
Je me demande à quel moment, dans la vie de cet homme, l’idée de traiter une femme inconnue avec tant de haine est-elle née ? Que s’est-il passé ?

J’insiste sur le mot impact.

Vos mots ne sont pas gratuits. Vos mots coûtent cher, très cher.

Ces quelques lettres m’ont pourrie toute la journée, et je sais qu’elles seront toujours là à mon réveil.
Elles ont remis en doute beaucoup de choses sur ce monde, certes, mais surtout sur moi même.
Je me suis questionnée sur ma tenue, chose que je ne fais jamais car j’assume entièrement mes choix vestimentaires. J’assume toujours ce que je porte et les inconnus ne dictent pas la taille de mon short.
Mais là, je me suis demandée si ce n’était pas ma faute.

La violence de ces mots est là. Je me suis demandée si je ne l’avais pas cherché.
Je suis la victime mais je cherche à me couler.
Comme toutes ses femmes victimes d’agressions sexuelles et de viols qui pensent que peut être c’est leur faute. Que peut être si elles n’avaient pas bu autant, ou que leur décolleté était moins plongeant, ce ne serait pas arrivé.

J’ai honte. Honte d’avoir pensé ça.

Ma tenue n’est pas une excuse.
Mon degrés d’alcoolémie n’est pas une excuse.
Mon passage dans cette ruelle a 3h du matin n’est pas une excuse.
Mon refus n’est pas une excuse.

                                      TU N’AS AUCUNE EXCUSE, CONNARD.





EDIT : http://mynameisnotmae.tumblr.com/  a eu la gentillesse de traduire ce texte en anglais. MERCI.

“Rape meat.

That’s what a man told me in the street a few hours ago.
It wasn’t night, it didn’t happen in one of those streets that smell like piss, even if these kind of place doesn’t excuse anything.
No, it was in the middle of the afternoon, on a big pedestrian boulevard, between two plane trees. Like that.

Just like that.
Gratuitously, he bumped into me.
Gratuitously, he laughed.
And gratuitously he throw “rape meat” to my face.

I’ve got an agressif character. I’m vicious and I don’t let people walk over me. More than my words that I can make hurtful, I can also aim a pair of balls with my knee.
Not so long ago, I got into fight against men that I never could beat just to say “I don’t agree, stop talking, take that in your fucking face and assume.”

Here, I couln’t do anything.

I didn’t say anything, I let him go, laughing out loud. I put my hand on my belly, tense. I had this strange taste in my mouth, like bile. I couldn’t let go of my stomach, the sensation of having take a hit.
There was approximately 600m to reach the shop, I made it in 20 minutes.
I finished my day trying to pretend that it was nothing.
Like it was trivial.
Like it was another insult by so many others that you can regulary hear.

I went to drink with my ex boss (a man) and a (girl) friend. When we told him that these kind of reflexions, of horrible behavior could happen two or three times a week, he was dumbfounded. For him, it’s unthinkable. He didn’t cast doubt on what we were saying, he couldn’t imagine.
Because he’s not like these people. Because he has notions on what is right and what is wrong. Because he knows the notion of respect.

Because he’s not an asshole.

When I got home, I still had a stomachache. Even after hearing my partner on the phone, I still felt shitty.
I cried a lot. I don’t cry that much usually.

It’s serious. This sentence had a serious psycological and physical impact.
I realize that we create shelter from these insults that become what we expect from our everyday life.
The “hey, you’re hot, blow me?”, the “slut, give me your number” and the “bitch”, they don’t reach me anymore, it became normal.
But when one of this sick guys find a new formula, my shelter crack and the nastiness come through.

It drips, on our bodies, on our heads. It come in by all the interstices, it runs along our brain, our heart, our stomach, deep in our guts.

I did not just feel insulted. I felt gashed.

The impact of a few words is unthinkable. It questions a lot of things. I’m asking myself what this country is becoming. What the world is becoming.
I’m asking myself, when, in this man’s life, the idea of insulting an unknown woman with so much hartred is born? What happened?

I insist on the word impact.

Your words aren’t gratuitous(free). Your words have a cost, a really high cost.

These few letters ruined my whole day, and I know they’re still be here when I wake up.
They question a lot of things about the world, sure, but also about myself.
I question my outfit, which I never do because I completely assume my clothing choices. I assume what I wear and strangers don’t dictate the length of my shorts.
But here, I asked myself if I was at fault.

The violence of these words is there. I asked myself if I didn’t ask for it.

I’m the victim but I’m trying to sabotage myself.

Like all the victims of sexual agressions and rapes that think that maybe they’re at fault. That maybe if they didn’t drink that much or if they hadn’t show so much cleavage, this would have not happened.

I’m ashamed. Ashamed to have think it.

My outfit is not an excuse.
My blood alcohol level is not an excuse.
Me, passing by in the street at tree in the morning is not an excuse.
My refusal is not an excuse.

YOU HAVE NO EXCUSES, ASSHOLE    ”



il y a 1 an
  1. jellypeachpoyo a reblogué ce billet depuis morphinisme et a ajouté :
    share it
  2. nappyblackintrovertfeminist a reblogué ce billet depuis morphinisme
  3. alexturnerlookssomean a reblogué ce billet depuis morphinisme
  4. ambulante a reblogué ce billet depuis morphinisme
  5. doucenight a reblogué ce billet depuis morphinisme
  6. hittosama a reblogué ce billet depuis hittoverse
  7. shakigra a reblogué ce billet depuis etreconscientedesaforce
  8. laurakinnye a reblogué ce billet depuis morphinisme
  9. hellyana a reblogué ce billet depuis morphinisme
  10. fatalitasnini a reblogué ce billet depuis morphinisme
  11. tvshowsbrokeme a reblogué ce billet depuis mynameisnotmae
  12. kissing-is-cool a reblogué ce billet depuis mynameisnotmae
  13. somehumanist a reblogué ce billet depuis morphinisme
  14. mayulikesmrmustache a reblogué ce billet depuis morphinisme
  15. darknessmaker a reblogué ce billet depuis in-vanitas-veritas
  16. murydjae a reblogué ce billet depuis justejauraisaimeetreprevenue
  17. gwenndael a reblogué ce billet depuis in-vanitas-veritas
  18. kebeo a reblogué ce billet depuis in-vanitas-veritas
  19. bijoux-hulotte a reblogué ce billet depuis morphinisme
  20. orangeraph a reblogué ce billet depuis fuckingallagherz
  21. fuckingallagherz a reblogué ce billet depuis tocarde
  22. tocarde a reblogué ce billet depuis morphinisme
  23. himnes a reblogué ce billet depuis unseasoned-aldente-pasta
  24. unseasoned-aldente-pasta a reblogué ce billet depuis sakuurairo
  25. infinityyyyys-secrets a reblogué ce billet depuis achluophobie
  26. dorine-e a reblogué ce billet depuis morphinisme